Guide historique d’Auschwitz, de Jean-François Forges et Pierre-Jérôme Biscarat – éd. Autrement

Traiter d’Auschwitz par le biais d’un guide, l’idée peut surprendre. Elle s’avère pourtant d’une grande pertinence. La fonction première du guide, être un compagnon pratique ou un outil concret, permet en effet de contourner le symbole, de surpasser l’indicible horreur qui pèse sur notre compréhension d’Auschwitz, pour se pencher sur ce que fut, réellement, Auschwitz. Ainsi, ce livre singulier souhaite lutter contre ce que Jean-François Forges appelle la « déréalité d’Auschwitz » : presque 70 ans après les faits, au fur et à mesure de la disparition des témoins directs, Auschwitz-Birkenau ne doit pas devenir une entité floue, quasi fictionnelle. Camp de concentration, camp d’extermination, centre d’expérimentation, mais aussi véritable colonie SS, avec ses logements, sa salle de concert ou son cinéma : parcourir Auschwitz, c’est mettre le doigt sur un univers paradoxal, mal connu, aux airs de déconcertante cité utopique nationale-socialiste. A côté des usines de morts mues par une effroyable exigence d’efficacité, s’étalaient par exemple exploitations agricoles et domaines industriels, faisant du secteur un endroit contradictoire, à la fois lieu de mort et lieu de vie. Jusqu’à l’absurdité, comme le raconte le survivant Jacques Strouma, désemparé face à l’« invraisemblable » mentalité des nazis, capable de torturer les prisonniers mais aussi de les soigner dans un hôpital « où on vous anesthésiait pour ne pas vous faire souffrir ».

Mine d’informations inépuisable, le guide dessine une image des camps d’Auschwitz au plus près de la réalité, décrivant non seulement le processus de destruction humaine qu’ils renfermaient, mais aussi tout le fonctionnement de cet ensemble protéiforme, projection extrême de l’idéologie nazie. En regard, la dernière partie, consacrée à l’histoire de la Cracovie juive, permet d’inscrire Auschwitz dans une perspective plus large. Les photographies de Léa Eouzan, sans fioritures, étoffent idéalement le texte, précis, limpide et très érudit, tandis que les références culturelles, les citations littéraires ou les témoignages de survivants lui apportent une dimension profondément humaine.

En parvenant à concilier la souplesse d’un guide et la richesse d’un livre d’histoire, la rigueur scientifique et la force des voix des victimes de la Shoah, le Guide historique d’Auschwitz pose un regard nouveau sur un sujet à propos duquel on pensait que tout avait déjà été dit. Et remplit brillamment son rôle pédagogique et mémoriel, en écho à la mise en garde de Piotr Cywinski, directeur du musée Auschwitz-Birkenau :« Si un jour Auschwitz paraît muet, c’est que nous serons devenus sourds. »

Préface de Piotr Cywinski. Janvier 2011, 290 pages, 22 euros.
Publicités
Cet article, publié dans DOCUMENTS, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s