Les Jardins statuaires, de Jacques Abeille – éd. Attila

Ouvrage maudit depuis trente ans, texte damné, Les Jardins statuaires de Jacques Abeille, édité pour la première fois en 1982, pourrait bien trouver son public. Enfin. Œuvre étrange, ambivalente, ce roman touche à la science-fiction sans débaucher le moindre effet, étourdit comme un récit d’aventure aux décors marqués par le surréalisme, charme par la grâce de sa plume retenue, à mi-chemin entre Julien Gracq et les carnets de voyages surannés des écrivains explorateurs d’antan. Sur les pas d’un voyageur dont on ne sait rien, arrivé d’on ne sait où dans un monde étrange peuplé de jardiniers qui, chacun dans leur domaine, chérissent des statues mystérieuses, Jacques Abeille accouche d’un livre-monde entêtant qui nous possède peu à peu sans que l’on s’en rende compte. L’écriture distanciée, froide comme la pierre, cache derrière sa nudité de façade une solennité pénétrante. Chaque dialogue, pesé, mesuré, semble aussi précieux que s’il était le dernier ; chaque description stimule un peu plus nos yeux hypnotisés. Au point que tout le roman semble baigner dans l’atmosphère irréelle d’un rêve ouaté. Capable de tenir cent cinquante pages juste sur la description de la contrée qu’il visite et les mœurs de ses habitants, Abeille fait montre d’un sens du rythme incroyable. Patiemment, il sculpte un roman métaphorique, à la fois philosophique et très minimaliste. Ample et dépouillé, dégageant la force sereine d’une tragédie grecque, relevé ici et là par des pointes d’humour et d’érotisme, Les Jardins statuaires marque son lecteur pour longtemps. Si bien qu’à peine le livre refermé, certaines scènes appellent déjà à la relecture.

Réédition, août 2010, 475 pages, 24 euros.
(Article paru sur le site Noir comme polar)
Publicités
Cet article, publié dans Littérature francophone, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s